«

»

Nov 23 2016

Avenir de l’éducation populaire (session 23/11/2016)

Intervention de Thibault Bazin sur les assises départementales de l’éducation populaire, du sport, de la culture et de la citoyenneté (Rapport 1 point III.2)

Session du 23 novembre 2016

 

« Monsieur le Président,

Monsieur le Vice-Président,

Mes chers collègues,

Vous souhaitez « consolider les rapports singuliers qui lient la collectivité aux acteurs du sport, de la culture, de l’éducation populaire et de la citoyenneté ».

Vous souhaitez « réinscrire les relations entre le département et ces acteurs sur la base d’engagements pluri-annuels ».

Les assises départementales se sont clôturées les 14 et 15 octobre derniers.

Nous partageons avec vous la haute considération portée au monde associatif participant au développement et à la vitalité des territoires.

Nous partageons avec vous le bien-fondé de rechercher un cadre stable jusqu’en 2021.

portrait session juin 2016

Cela étant dit, l’enjeu urgent est d’assurer la pérennité des actions menées.

A la lecture du rapport, je n’arrive pas à comprendre de manière claire vos intentions en termes de budget pour 2017.

Si le soutien au monde associatif passe par la territorialisation, les crédits de fonctionnement alloués dans le cadre des CTS imposés en juin dernier permettront-ils de répondre aux orientations que vous nous présentez ? Dans le cas contraire, allez-vous réviser les CTS ?

Vous mentionnez « l’aide départementale apportée aux fédérations d’éducation populaire avec les contrats animation jeunesse territorialisés » (CAJT).

Celle-ci suscite beaucoup d’angoisse dans les territoires. Les bénévoles s’inquiètent, ils espéraient des réponses à l’issue des assises. Vous annoncez en quelques sortes de nouvelles assises sous la forme d’un « séminaire de travail ».

Bien sûr, il faut de la coordination entre et avec les acteurs publics. Mais il faut surtout aujourd’hui clarifier l’engagement départemental à venir.

Les intercommunalités en lien avec les fédérations ont besoin de réponse urgente du département sans attendre mars 2017.

Des animateurs sont actuellement employés dans le cadre des CAJT adossés à des intercommunalités, elles-mêmes en mutation au 1er janvier prochain.

Leurs emplois sont menacés, et à travers eux, l’action associative sur nos territoires. 2016 s’arrête dans 38 jours.

Monsieur le Président, pourriez-vous garantir dès la session de décembre 2016 l’appui financier de notre Conseil Départemental à toutes les intercommunalités qui souhaitent mettre en œuvre un CAJT, à l’instar de la Communauté de Communes des Pays du Sel et du Vermois, et le cas échéant à quelle hauteur ?

Votre réponse va conditionner les engagements juridico-financiers des EPCI et des fédérations d’éducation populaire.

Nous comptons sur vous car nous connaissons votre engagement pour l’éducation populaire notamment. »

Thibault Bazin

Conseiller départemental du canton de Lunéville – 2